Maria von Heland

Maria von Heland, vous travaillez dans l’industrie cinématographique depuis 25 ans ,vous écrivez et réalisez à la fois le cinéma et la télévision à un haut niveau. Qu’est-ce qui vous a poussé à commencer le tournage au printemps 2020 sans financement et sans scénario développé ?

C’était un tournant dans l’histoire de l’humanité. Je vivais et respirais ce moment dans mon immeuble à Berlin. C’était à la fois horrifiant et magnifique. D’une certaine manière, nous vivons la même chose en ce moment, avec l’Ukraine, l’horreur de la guerre. La beauté de la façon dont les gens se rassemblent pour lutter pour la liberté, la démocratie. Comment nous voyons clairement que ce moment façonne notre avenir, et que nous devons nous unir pour lutter pour la lumière. La pandémie nous a tous emprisonnés dans nos maisons. Nous n’avions aucune idée de comment cela allait se terminer. Nous devions faire face aux autres et à nous-mêmes. Je voulais saisir ce moment, en toute honnêteté, dans le langage que je maîtrise le mieux, à savoir le cinéma ou la télévision. Au final, cela s’est avéré être une série, dont je n’avais aucune idée à l’époque.

Et vous vous êtes concentré sur la jeune génération ?

Je me suis concentré sur ceux qui, selon moi, sont le plus durement touchés, mentalement. Les adolescents et les jeunes adultes. Je parle à mes propres enfants. A leur génération. Ils n’étaient pas la cible du virus. Mais leurs vies ont été arrêtées dans leur élan. Leur confiance en l’existence même a été ébranlée à la racine. Les jeunes sont censés se sentir immortels, intouchables, et faire carrière dans la joie et la bonne humeur. Mais soudain, tout le monde était potentiellement mortel. C’était juste là dans leurs visages. Personne ne s’en est soucié à l’époque, les blessures intérieures de cette génération ont été perdues. Cent ans après la première guerre mondiale, nous sommes face à une deuxième „génération perdue“ qui est désorientée, errante, sans direction. Sunshine Eyes les regarde droit dans les yeux. Il leur offre la possibilité de pleurer, de rire et de se voir.

Pour en revenir à la nature de la série, lorsque vous avez commencé à tourner, vous n’aviez vraiment aucune idée de ce que cela allait être ?

Maria von Heland : Quand je commence à travailler sur un film, je le vois toujours, mais comme une Fata Morgana, un esprit qui me guide. Aucun détail n’est clair, mais je peux sentir l’histoire, je peux entendre sa voix et voir ses images. Je sais où elle veut aller. Ce qui est important. Cette Fata Morgana agit comme un plan pour trier les idées et aller dans la bonne direction. Pour Sunshine Eyes, j’avais une vision lorsque nous avons commencé à tourner, mais pas d’objectif final précis.

Vous avez dit que vous n’écriviez pas de scènes avec des dialogues, alors comment avez-vous abordé la narration sur le plateau ?

Intuitivement. Chaque matin, je savais ce que je voulais réaliser ce jour-là. Quels points dramatiques étaient cruciaux. Mais sans le soutien extraordinaire de tous les acteurs de la série, j’aurais été perdu. Ils sont l’esprit, la colle, l’âme de cette série. Et je rayonne de fierté et ressens une énorme gratitude envers chacun d’entre eux.

Vous avez tourné la plus grande partie de cette série avec une équipe de 4 personnes, c’est-à-dire vous-même plus 3 personnes ? La série donne l’impression qu’il y avait une grande équipe derrière elle. Comment cela se fait-il ? 

Pour le tournage principal, nous étions quatre personnes, en tout et pour tout. Le directeur de la photographie Cristian Pirjol est mon principal collaborateur. Sans lui, ce projet n’aurait jamais vu le jour. Je suis convaincu que c’est un génie, même s’il ne va pas aimer que je dise ça. Ce que je sais, c’est qu’il est plus important d’avoir un œil incroyable derrière la caméra qu’un camion rempli de lumières. La petite équipe – Christian plus un preneur de son, notre DIT Alexandre Forge, qui s’est transformé en factotum général, et moi-même – nous a rendus très flexibles. Nous avons reçu l’aide d’amis quand nous en avions besoin, mais comme nous étions au milieu d’une pandémie, nous n’avions guère d’autre choix. Je suis fière de dire que toutes les personnes qui m’entourent ont été à la hauteur de la situation. Ma propre famille a été vraiment extraordinaire. On les retrouve partout dans le générique. Parce qu’ils ont participé au processus de toutes les manières possibles. Mon mari, mon ex-mari, mes enfants, mon beau-fils, mon enfant adoptif. Les partenaires des enfants aînés, leurs familles. Ce processus était si beau qu’il me fait encore pleurer. Cet amour s’est également infiltré dans la série. Mes producteurs de Red Balloon Film et Maze Pictures, Dorothe Beinemeier et Philipp Kreuzer, ont rendu possible la réalisation de Sunshine Eyes. Alors que beaucoup d’autres se sont enfuis en hurlant devant mon idée au printemps 2020, Dorothe a passé ce seul appel à Arri qui nous a permis d’obtenir une Alexa presque gratuitement. Elle nous a obtenu une assurance de production et des autorisations de tournage. Il n’y aurait jamais rien eu sans son aide. Philipp et sa société Maze nous ont aidés à sortir dans le monde, et nous ont soutenus patiemment tout au long de la post-production.

La série comporte 10 épisodes, soit près de 400 minutes de drame, combien de temps avez-vous tourné ?

32 jours. Nous avons produit près de 100 heures de film. Le triage a été un gros travail. J’ai fait appel aux monteurs avec lesquels j’avais travaillé dans le passé et j’ai reçu beaucoup d’aide. Au final, la dramaturgie de la série a été élaborée avec le monteur danois Soren B Ebbe, et j’ai monté la série avec le monteur français Sylvain Coutandin, qui est sans doute la personne la plus patiente que j’aie jamais rencontrée. Il n’a jamais cessé de rechercher l’essence de chaque moment de l’histoire. La version finale du scénario a été écrite dans la salle de montage.

Est-ce que Sunshine Eyes a changé votre vie d’une manière ou d’une autre ?

De plusieurs façons. J’ai créé ma propre société de production, avec un vieil ami qui est venu de Californie à Berlin : Eric Holland. Sans lui, il n’y aurait pas de copie à projeter dans Series Mania aujourd’hui. Ma voix en tant que cinéaste s’est approfondie. De cette façon, Sunshine Eyes n’est pas seulement une histoire de passage à l’âge adulte pour les protagonistes, mais aussi pour moi en tant que réalisateur.

Quels sont vos souhaits pour le rayon de soleil aujourd’hui?

Comme mes souhaits sont pour tous mes enfants une fois adultes : Je veux qu’il sorte dans le monde et qu’il brille. Je veux qu’il soit vu pour ce qu’il est. Qu’il ait la chance de faire ce pour quoi il est venu au monde. Qu’il soit à la hauteur de son potentiel.